Nouvelle murder de la campagne ANDLR

Eh oui. Comme ça, sur un coup de tête, une petite murder bonus vient de se rajouter. Une murder spécialement prévue pour des nouveaux joueurs qui voudraient rejoindre la campagne et pouvoir se familiariser un peu avec l’univers avant d’affronter les immondes magouilleurs que sont les anciens joueurs. A la fois dans et hors campagne, l’ambiance sera légère et décontractée. Une ambiance de pique-nique autour d’un bon repas. Mais comme dans tout bon pique-nique, les fourmis s’invitent toujours sans être conviées.

Qui sauvera ses mets?

PS: Si des gens se sentent motivés à jouer avec Photoshop pour faire des bannières un peu moins pourries que celles d’El’, ils sont les bienvenus. (El’, conscient de son inaptitude avec Photoshop)

Féérique: A Pixie’s Paradise (Accroche)

Il était une fois, dans une belle et lointaine contrée, un endroit merveilleux ou vivaient en paix les fées, lutins, korrigans, gnomes et autres joyeuses créatures de la foret. Découvert par les Pixies des siècles auparavant, cet endroit était surnomme « The Pixies’ Paradise » , mots tirés d’une fort ancienne langue druidique.

Les jours s’égrainaient dans la joie et la bonne humeur. Sous le regard attendri de Maman Fée, les plus jeunes fées et fées apprenaient a garder les chenilles-a-liqueur. Les êtres-animaux, dont le plus célèbre n’était autre que le fameux lutin-lapin, répétaient pour la fameuse fête du printemps (tout éternel qu’il soit en ce lieu. Ça donnait l’excuse pour faire la fête en permanence…) Les elfes s’entraînaient a la chasse au colibri des hautes futaies, capable de balayer trois d’entre eux d’un simple revers d’aile. Les gnomes, menés par le fameux LE Gnome, répétaient leurs projets d’amélioration de la communauté, dont la présentation se faisait une fois tous les tremblements de terre. Littéralement. Les Pixies, eux, avaient a tache la prestigieuse mission de s’occuper des moustiques de transport, et de les bichonner pour qu’ils soient a leur sommet pour cette prochaine fête…

Mais qui aurait pu dire qu’IL s’inviterait ?
Alors que la fête battait son plein, et que l’élection pour la Fée du printemps, celle qui aurait l’insigne honneur de repeindre les prairies de fleurs, échauffait les esprits, qui aurait pu remarquer les signes avant-coureurs ?

Pas les farfadets en tout cas…

…Ils étaient complètement défoncés a la mousse !!

___________________________________________________________________________

Parti sur une idée loufoque d’un groupe d’amis, qui voulaient savoir s’il était possible de créer un GN à partir d’un test Facebook, ce GN n’a pas pour vocation d’être sérieux. Loin s’en faut. Au contraire, il s’inspire de tous les délires qui ont fleuris autour d’une table lors d’un repas (même pas particulièrement arrosé, juste en bonne compagnie) et essaie d’offrir un univers déjanté et muni d’assez d’intrigues pour tenir l’enthousiasme de joueurs rodés comme les plus anciens du milieu parisien !

Prévu pour être joué dans un château, ce jeu est toutefois adaptable pour une simple maison de campagne en cas de nécessité. Il intégra à son scénario 44 personnes, orgas compris. En termes de règles et de jeu, le tout a été le plus épuré possible. Ce jeu n’est donc pas recommandé aux débutants, mais plutôt conseillés aux joueurs plus habitués et pas effrayés par une absence de cadre de règles. En particulier en ce qui concerne la magie, qui sera libre au possible, simplement triée par domaine. Ensuite, chaque joueur se débrouillera avec son fair-play. Ou son fairy-play pourrions-nous dire…

Le jeu de rôle au service de la société