Archives de catégorie : Teasers

Light In World: Accroche

Laisser-moi le temps… Un peu de temps…
Pour vous, c’est naturel. Pas pour moi.

Très bien, je vais tenter de vous expliquer.
Imaginez un univers où les choses sont évidentes. Où vous n’avez pas besoin de réfléchir à vos impôts, à votre carrière ou aux lois de la physique. Ou la Lumière n’émane pas du soleil, mais de partout autour de vous. Même de l’Ombre.

Oui, il ne faut pas être du mauvais côté de la barrière dans ce monde, c’est un fait. Mais ça, ce n’est pas mon problème…
Mon problème, c’est que je suis ici, en train d’écouter Jean-Michel Jarre à la télévision. Dans un trois pièces édimbourgeois. Que mon mari, auparavant l’homme idéal, s’est encroûté de manière impensable. Qu’il regarde ces allumeuses plus jeunes que moi. Que la gloire ne nourrit pas son homme, ou sa femme dans mon cas. Que je suis allergique à la crème à la menthe. Et que ma voisine est écossaise.
Alors, c’est sûr, ça donne des envies de meurtre…

___________________________________________________________________________

Tout le monde aime les contes de Fées…

…Sauf parfois leurs héros, qui ne les trouvent pas si féériques que cela…

Et vous, à la place d’un d’eux? Auriez-vous la force de changer le Destin que vous à écrit l’Auteur?

Cette murder pour 8 joueurs, 8 joueuses et 3 organisateurs vous propose d’incarner diverses figures connues des Contes de Fées, aux prises avec la Réalité parfois bien plus désagréable que les Contes. Mais de l’Auteur ou du Scénariste offrira les meilleures opportunités?

Et quel personnage saura les saisir?

Via le concept de monde des Contes opposé à la Réalité, ce jeu offre la possibilité d’interagir sur les histoires des autres et la sienne, directement. Après tout, les légendes ne sont-elles pas faites pour évoluer?

Inside Men: Accroche

Y’a pas à dire, la communication humaine…

Déjà, c’est quoi cette idée à la con de prendre des masques de personnages Disney pour faire une descente de police sur un repaire de truands ?

Et surtout, c’est quoi ces truands qui sont eux-mêmes costumés de manière ridicule ?

Bon, dans l’absolu, ça ne poserait pas problème, si ce n’était que manifestement, ce n’était pas nous qui étions les chasseurs. On les auraient descendus, et on seraient repartis, tranquilles. Mais là, il y a un troisième parti.

Or, les parties à trois, dans un couple, ça réussit rarement.

Surtout quand le troisième larron est une Triade certes expérimentée, mais un peu trop hardcore, prête à utiliser les grands moyens.

Nous, on voulait juste s’allumer gentiment les uns les autres !

Bref…

Nous voici donc réunis dans un Gangbang de Disney, ou Mickey est un flic et Minnie un truand, chacun cherchant à percer l’autre à jour et trouver le moment idéal pour se débarrasser de l’autre.

La vraie vie de couple, quoi !

Le piment, c’est que ledit couple de pseudo-cocus lutte dos à dos contre l’invasion des figurants Feng Shui du film.

Du coup, s’ils ont ramené Jet Li et autres…

…On est mort.

___________________________________________________________________________

Vous avez aimé « Reservoir Dogs » de Quentin Tarantino?
Vous aimez les ambiances de gangsters et de réglements de compte?

Vous allez adorer Inside Men, un classique d’ANDLR!!!

Cette murder pour 9 joueurs et un orga est prévue pour être jouée rapidement (2 à 3 heures) dans un endroit confiné (un appartement fait parfaitement l’affaire) et met en scène 9 malfrats coincés dans une banque après que le bracage aie mal tourné.

Si le thème est relativement classique, une des originalités du jeu consiste en la mise en place d’un système d’identité masqué/démasqué et le concept de mort inévitable. Tous savent qu’il y a une taupe, et si elle survit… Tous tombent.

Par contre, s’ils ne sont plus assez, les survivants ne pourront plus sortir de la banque, et tomberont aussi tous…

Oh My God (Teaser)

Oh My God !!!

Jésus qui fait une fugue, c’est un peu puéril, non ? Et pourtant, c’est le cas… Et quand l’Archange préféré du Bon Dieu, le Sauveur, met les bouts, c’est mauvais signe pour tout le monde, haut comme en bas !

Du coup, comment faire pour résoudre cet épineux problème ? On ne va pas demander à la police bien sûr ! Outre qu’il y a autant d’influences infernales qu’angéliques, les humains ne doivent rien savoir des affaires célestes, c’est une des règles du Grand Jeu.

Mais chez les célestes comme chez les humains, lorsqu’il n’y a pas de solution, il en reste toujours une…

…Samedi, on se voit, on se fait une bouffe, on en parle ?

 Une bonne pub pour INS/MV, non?

Aussi parodique que l’univers d’In Nomine Satanas / Magna Veritas (INS/MV pour les intimes) dans lequel elle s’intègre, cette murder se veut légère et facile d’accès pour des joueurs peu habitués aux GNs diplomatiques. Mordante et enjouée, elle laissera la part belle aux jeux de mots, quiproquos et (in)délicatesses durant ce repas qui ne saurait se dérouler autrement que le mieux du monde.

Oh My God est une murder d’une durée approximative de 2 à 3 heures. Elle a été conçue pour être jouée autour d’un repas dans un restaurant, plus un début de soirée dans un bar. Ces environnements publics exigent des joueurs le respect des règles de discrétion habituelles du Grand Jeu, et dispensent donc les joueurs comme les orgas de trop lourdes règles d’affrontement. Dans cette murder-ci comme dans les autres écrites par le même groupe ou auteur, la philosophe veut que « Le moins de règles, le mieux ». Le bon sens prime. Cette notion est particulièrement importante dans le cas précis, car les règles incluent plutôt une présentation de la vision des jeux de rôle dans laquelle elle a été écrite qu’une vraie série de règles lourdes et contraignantes.

En termes de matériel, l’ambiance est contemporaine, et ce jeu ne demande donc pas de costumes spéciaux. Un effort en fonction du personnage peut être bien, mais le choix de l’univers permet de justifier tout habillement pour tout personnage.

Nouvelle murder de la campagne ANDLR

Eh oui. Comme ça, sur un coup de tête, une petite murder bonus vient de se rajouter. Une murder spécialement prévue pour des nouveaux joueurs qui voudraient rejoindre la campagne et pouvoir se familiariser un peu avec l’univers avant d’affronter les immondes magouilleurs que sont les anciens joueurs. A la fois dans et hors campagne, l’ambiance sera légère et décontractée. Une ambiance de pique-nique autour d’un bon repas. Mais comme dans tout bon pique-nique, les fourmis s’invitent toujours sans être conviées.

Qui sauvera ses mets?

PS: Si des gens se sentent motivés à jouer avec Photoshop pour faire des bannières un peu moins pourries que celles d’El’, ils sont les bienvenus. (El’, conscient de son inaptitude avec Photoshop)

Féérique: A Pixie’s Paradise (Accroche)

Il était une fois, dans une belle et lointaine contrée, un endroit merveilleux ou vivaient en paix les fées, lutins, korrigans, gnomes et autres joyeuses créatures de la foret. Découvert par les Pixies des siècles auparavant, cet endroit était surnomme « The Pixies’ Paradise » , mots tirés d’une fort ancienne langue druidique.

Les jours s’égrainaient dans la joie et la bonne humeur. Sous le regard attendri de Maman Fée, les plus jeunes fées et fées apprenaient a garder les chenilles-a-liqueur. Les êtres-animaux, dont le plus célèbre n’était autre que le fameux lutin-lapin, répétaient pour la fameuse fête du printemps (tout éternel qu’il soit en ce lieu. Ça donnait l’excuse pour faire la fête en permanence…) Les elfes s’entraînaient a la chasse au colibri des hautes futaies, capable de balayer trois d’entre eux d’un simple revers d’aile. Les gnomes, menés par le fameux LE Gnome, répétaient leurs projets d’amélioration de la communauté, dont la présentation se faisait une fois tous les tremblements de terre. Littéralement. Les Pixies, eux, avaient a tache la prestigieuse mission de s’occuper des moustiques de transport, et de les bichonner pour qu’ils soient a leur sommet pour cette prochaine fête…

Mais qui aurait pu dire qu’IL s’inviterait ?
Alors que la fête battait son plein, et que l’élection pour la Fée du printemps, celle qui aurait l’insigne honneur de repeindre les prairies de fleurs, échauffait les esprits, qui aurait pu remarquer les signes avant-coureurs ?

Pas les farfadets en tout cas…

…Ils étaient complètement défoncés a la mousse !!

___________________________________________________________________________

Parti sur une idée loufoque d’un groupe d’amis, qui voulaient savoir s’il était possible de créer un GN à partir d’un test Facebook, ce GN n’a pas pour vocation d’être sérieux. Loin s’en faut. Au contraire, il s’inspire de tous les délires qui ont fleuris autour d’une table lors d’un repas (même pas particulièrement arrosé, juste en bonne compagnie) et essaie d’offrir un univers déjanté et muni d’assez d’intrigues pour tenir l’enthousiasme de joueurs rodés comme les plus anciens du milieu parisien !

Prévu pour être joué dans un château, ce jeu est toutefois adaptable pour une simple maison de campagne en cas de nécessité. Il intégra à son scénario 44 personnes, orgas compris. En termes de règles et de jeu, le tout a été le plus épuré possible. Ce jeu n’est donc pas recommandé aux débutants, mais plutôt conseillés aux joueurs plus habitués et pas effrayés par une absence de cadre de règles. En particulier en ce qui concerne la magie, qui sera libre au possible, simplement triée par domaine. Ensuite, chaque joueur se débrouillera avec son fair-play. Ou son fairy-play pourrions-nous dire…