Débrief de l’atelier photo/vidéo

La vidéo est une succession d’images, 24 par secondes ! Et quel amateur aurait imaginé que la qualité de la photographie s’était développée grâce à la vidéo ? En effet, c’était en prenant l’une de ses images que l’on obtenait le meilleur rendu photographique au début du siècle. Quand on parle de photographie, trois choses essentielles sont à connaître afin de mettre toutes les chances de son côté pour prendre une bonne photo – qui ne soit pas en mode automatique ! A connaître lorsqu’on s’apprête à acheter un objectif. La bonne question avant toute chose, c’est : qu’est-ce que je vais en faire ? –        La distance focale : c’est la mesure de la convergence de la lumière. Plus la valeur est faible, plus l’angle de vision est grand. A l’inverse, plus la valeur est élevée, plus le zoom sera puissant. La distance standard est de 50mm. Elle est parfaitement adaptée pour des reportages et correspond à notre angle de vision.

  • Les portraits ont un meilleur rendu entre 60 et 100mm.
  • Les photos animalières avec les téléobjectifs sont prises avec une distance focale de 200mm (convient aussi aux portraits).
  • Pour prendre des avions en photo derrière les grilles des aéroports, comptez entre 300 et 500mm.
  • Les plus grandes valeurs, 1000 à 2000mm sont utilisées entre autre par les paparazzis.
  • Pour les petites valeurs, entre 24 et 35 mm, appelé aussi « grand angle », est utilisé dans la photo sportive
  • Les 14 à 16mm sont surtout utilisés dans les panoramas

–        L’ouverture – ou l’ouverture relative d’un objectif – dépend du diamètre des lentilles et du diaphragme. Elle va agir sur l’intensité lumineuse de la photographie et est à l’origine des aberrations optiques des objectifs. Elles sont notés f/x.

  • f/1,4 correspond à une grande ouverture, ce qui laissera passer davantage de lumière. Idéal dans les endroits sombres.
  • Alors que f/16 laissera passer peu de lumière et sera adapté au soleil de midi en plein été.

–        Le temps d’exposition. Plus le temps est long, plus il laissera passer les rayons lumineux. Ainsi, avec une bonne ouverture et un temps d’exposition long, il est tout à fait possible de faire de belles photos d’étoiles, ou du light painting. Il est également possible de photographier des bâtiments sans les personnes qui passent devant l’objectif. Pour ça, il faut être équipé d’un filtre polarisé, choisir une ouverture à f/16 et mettre un temps d’exposition de 30 secondes. En utilisant ce procédé, avec une personne qui prend la pose durant 15 secondes seulement, la personne apparaît en transparence, comme un fantôme. Quant aux ISO, il est fortement déconseiller d’y toucher. Il ne faut les monter qu’en dernier recours car ça amène des parasites (appelés « bruit »). Comment faire de belles vidéos ? En utilisant les principes de la photographie, bien sûr. Le PAL est à privilégier en Europe, le NTSC si on fait des vidéos pour être vues aux Etats-Unis. Pour ne pas avoir de mouvements non désirables, il est nécessaire d’utiliser un trépied, un steadicam ou un support de soutient sur les épaules. Nous n’avons pas vu de steadicam, mais cette vidéo a été montrée : http://www.youtube.com/watch?v=80XpHa196tM On y voit ce que la caméra a filmé, puis comment ça a été filmé. Et on voit celui qui fait la mise au point courir derrière le caméraman ! Et oui, les deux sont indissociables !

DSC_5237
Shams nous montrant un support de soutient sur les épaules.

Au niveau du son, nous avons vu deux types de micro protégés dans un « zepplin » au bout d’une perche. Le premier est parfait pour les interviews ; il prend le son de manière très localisée. Pour passer d’une personne à l’autre, il faut à chaque fois le déplacer et le faire pivoter pour que la voix soit optimale à chaque fois. Le deuxième est parfait pour les sons d’ambiances ; le son peut parvenir à 360°.

DSC_5255
Les deux micros : celui de gauche pour le son ambiant, celui de droite pour les interviews.
DSC_5262
Le zepplin au bout de sa perche. De gauche à droite : Shams, Julia, Releeshan et Dams.

La perche, en carbone, est très légère, et heureusement puisqu’il faut le tenir à bout de bras le temps nécessaire. L’atelier s’est achevé sur des démonstrations de montage sur photoshop, où des images plus belles les unes que les autres nous ont été montrées. Un grand merci aux intervenants, Dams, Shams et Julia, pour le partage de leur passion, tout ce matériel de qualité et pour ces démonstrations et tests très intéressants et interactifs ! Au plaisir de vous retrouver pour de nouvelles aventures.

Toutes les photos de l’atelier ici.